Que le verre soit...

« Avec du feu ils font de la lumière. Ils apprennent la chimie avec leurs yeux ; la matière, ils veulent qu’elle réagisse pour le plaisir de voir » Gaston Bachelard, « Le Droit de rêver »

Yan ZORITCHAK

Ce qui frappera immanquablement le visiteur de ce site, c’est le rôle-clé de la lumière, source inépuisable d’inspiration. Or, c’est précisément le même souci de transparence et de modulation du phénomène lumineux qui anime les concepteurs de l’art verrier,  Yan ZORITCHAK.

La créativité de ces artistes, selon leur inspiration, consiste à conjuguer parfaitement les exigences fonctionnelles et esthétiques nous incitant à apprécier à sa juste mesure, l’ineffable beauté dégagée par la synergie « verre-lumière »
Pour ces artistes, dont le labeur quotidien contribue à embellir notre vie la pluralité de cette « eau solidifiée » comme le disait Claudel, sa limpidité, sa transparence, son attitude à rompre et à disperser la lumière, tendent à développer une quatrième dimension.
L’art du verre gardant une place prépondérante dans l’histoire de l’art parmi les arts majeurs.

Composition du verre :

Le verre est une matière malléable. Il se compose essentiellement de
Sable, soude, chaux, potasse, feldspath.
Dans la composition du cristal, on ajoute du plomb qui lui donne brillance et résonance.
Le verre est coloré avec des oxydes :

cobalt + oxyde de cuivre = bleu
manganèse = améthyste
oxyde de nickel = fumé
résine + charbon de bois = jaune
oxyde de fer et de chrome = vert

Pour le verre soufflé, le verre fond dans un four et se travaille entre 1100 et 1200 degrés.
Lorsque l’objet en verre soufflé est terminée, il doit être recuit à 550 degrés dans une arche (four de recuisson) dans laquelle la température diminue progressivement pendant 10 heures environ.

Le travail du verre demande 6 ans d'apprentissage.

Publier un nouveau commentaire

  • Aucun commentaire trouvé
Veuillez vous connecter pour commenter